Sortie sécurité sur ANTECUME

samedi 16 octobre 2021. Initialement prévue avec deux bateaux, Antécume et Big-Bang, comme nous étions peu nombreux nous avons décidé de ne faire qu’un seul bord. C’était aussi pour moi l’occasion de naviguer sur le bateau de François et Mounn.

Le week-end étant annoncé très beau, il faut en profiter avant la saison d’hiver froide et avec des jours trop courts.

La journée commence avec un peu de brouillard et peu de vent. Nous appareillerons en fin de matinée pour attendre une petite risée. François profitera de ce temps pour faire un cours à Sylvain sur les appels de détresse à la VHF.

Cela me fait plutôt bizarre de naviguer sur un monocoque. Il démarre avec moins de vent que mon catamaran, la barre est douce ; les voiles légères. C’est aussi très agréable, mais il paraît que j’étais pâle à la gîte !!! l’ambiance est bon enfant.

Direction St Briac, nous mouillerons près de l’île du Perron pour le repas de midi et une petite sieste !

L’après midi sera consacrée à « l’homme à la mer » qui sera représenté par la bouée couronne et la perche IOR. Nous répéterons à la voile six ou sept fois la manœuvre, chacun son tour à la barre en entourant le matériel mis à l’eau avec la ligne de récupération mise à disposition par l’association sur chaque bord. Il est plus facile de faire cette manœuvre au moteur, mais comme le dit François il serai très difficile de revenir sur un naufragé vent de face avec 30 nœuds. Et de plus c’est plutôt bien de maîtriser différentes méthodes.

Nous irons ensuite à Saint Cast passer la nuit au port, mais pas sans avoir profité d’une belle soirée en faisant une balade dans la ville.

Le dimanche, légèrement plus venté, nous en profiterons pour faire un peu de voile jusqu’à Fréel puis nous irons mouiller dans l’anse des Sévignés pour le repas.

Ensuite ce sera le retour à Saint Malo à 5-6 nœuds en longeant la côte. Ce week-end fort agréable, une petite charge de batteries pour nous aider à passer l’hiver.

Pour l’an prochain nous envisageons une sortie sécurité un peu comme l’an passé, avec différents partenaires dont la SNSM. « Réservez » vos places !

Tenez bon, nous pensons déjà au programme 2022, et finalement le printemps n’est pas si loin !

Merci à Mounn et François pour cette sortie

Bruno

Publié dans Information de dernière minute | Commentaires fermés sur Sortie sécurité sur ANTECUME

Big-Bang Un petit tour en Atlantique

Cette année je l’ai fait. Ce n’est pas le tour de l’Atlantique avec du bon temps aux Antilles, mais beaucoup plus modeste avec quelques jours à Madère. Un passage aux Açores pour chercher le vent portant pour le retour en Bretagne. Une balade de 3500 nautiques seulement mais une jolie expérience quand même, d’autant que la météo n’a pas été… de saison. La température a été quand même agréable.

Départ de Saint Malo en couple le 24 juin. Des petites étapes, mais en tenant compte des marées et de la météo nous avons aussi navigué de nuit. C’est une mise en jambes si je peux dire !

Belle navigation, nous sommes sorti de la Manche sans trop de difficultés. Nous sommes allés jusqu’au Crouesty, ce qui rallonge un peu la route à suivre mais cela nous a permis de voir notre fils qui habite pas loin et moins de route en voiture pour l’équipage qui me rejoint.

Le premier juillet, après l’escale et l’embarquement des équipiers, direction Madère.

La météo en décidera rapidement autrement, si Patrick sur Callisto à traversé le Gascogne au moteur (en parti) pour nous il se présente assez vif, mais ne pose pas de problème majeur. Par contre le vent contraire trop fort nous contraint à une escale de trois jours à Ribadéo en Espagne. Nous repartirons le 7 juillet au moteur jusqu’au sud de la Corogne où nous toucherons un bon vent portant. Les quarts s’enchaînent, à trois c’est assez confortable. La mer nous autorisera une bonne moyenne à plus de huit nœuds avec souvent des vitesses à douze et une pointe à 15,6 nœuds. C’est notre record.

Il faillait bien ça pour ne pas arriver trop tard. Les équipiers de la NAV doivent nous rejoindre à Funchal. Ils y seront avant nous de quelques heures seulement, mais l’administration de l’île en décide autrement comme vous avez pu le lire sur l’article de Christine !

Est-ce que c’est en lien avec la non vaccination d’un des équipiers ? Son test n’était plus valide et nous avons eu droit à un petit coup d’écouvillon (fort bien réalisé par les infirmières en scaphandre).

Après deux jours d’attente pendant lesquels les Naventuriers n’ont pu monter à bord, nous avons enfin profité de cette magnifique destination.

Le récit de ce séjour est disponible sur la navette. Merci à Christine pour sa rédaction.

Le 21 juillet mes équipiers reprennent l’avion ravis de ce séjour trop court, et Albert me rejoint pour le retour qui se fera à deux. Nous profiterons de quelques jours de cette magnifique île Portugaise.

Le 25 juillet c’est le départ. La mer est belle, le vent pour nous. Direction les Açores pour chercher les vents portants car de Madère ce serait vent contraire. En quatre jours de navigation agréable nous serons à Sao Miguel. Nous aurons croisé une tortue sur laquelle un oiseau profite du transport. Quelques bancs de dauphins et des oiseaux du large dont le vol est impressionnant lorsqu’ils rasent l’eau du bout de l’aile. Mais pas de gros cétacé si ce n’est quelques globicéphales.

A Sao Miguel nous nous sommes quasiment fait refouler (même carrément sur le premier port). A ponta Delgada nous avons été toléré pour une nuit sans sortir du port et n’avons même pas réussi à récupérer des fichiers grib. Connecté au resto du coin mon ordi refusait de fonctionner une fois connecté.

Pourtant Daniel y a passé un excellent séjour aux mêmes dates. Arriver par la mer en période de covid ! Pas le bon plan ? D’autres l’ont pourtant fait sans problème.

De ce fait départ le lendemain de l’arrivée à Sao Miguel et à 6 heures direction Saint Malo que nous atteindrons en neuf jours et 3 heures.

Le trajet de retour calme au début deviendra progressivement de plus en plus musclé. Avantage nous ferons très peu de moteur… LOL. Nous aurons 30-35 nœuds pendant 36 heures puis Éole nous montrera son souffle jusqu’à 45 nœuds et des creux de 4-5 mètres et sans doute jusqu’à 6. On ne s’y attendait pas, mais Big-Bang a bien encaissé et nous aussi bien que fatigués à l’arrivée. Un peu de mal à trouver le rythme au début, à la fin ça roulait plutôt bien.

Nous ne croisions que peu de cargos (un par jour sauf à 24 heures de la Bretagne) mais il a quand même fallut se dérouter deux fois pour s’éloigner de la route de collision. Merci l’AIS.

Peu de casse mais ça aurait pu mal finir sans notre prudence. En effet un mois après notre retour, en préparant une sortie j’ai constaté que mon hauban tribord pourtant âgé de seulement 5 ans était HS. Je ferai sans doute un petit article à ce sujet.

La rentrée en Manche ne sera pas plus reposante (le vent est quand même à un niveau tout à fait maniable après deux bons jours de mauvais temps) mais le vent n’a de cesse de monter et descendre en force afin de vérifier si l’on a bien assimilé les changements de ris. Là on est au top. Seul ou à deux ce n’est plus qu’une formalité malgré une GV imposante.

Le 7 août à 11 heures nous sommes dans l’écluse et bien que pour la saison nous étions en « droit » d’espérer une météo plus sympa, nous en tirons une certaine satisfaction et une belle expérience.

Merci à Albert d’avoir accepté de faire ce retour seulement à deux.

Le retour s’est fait à presque 6 nœuds de moyenne pour les 1310 miles du dernier trajet. Et la moyenne générale sur les 3500 miles à 7,14 nœuds.

Plus vite nous aurions probablement dématé. Mais il y avait un problème sur le réglage des haubans et la qualité probablement. Sur un multicoque il n’y a qu’un hauban. A surveiller. Mais malgré tout…

Vivement la prochaine NAV, et avec vous !

Bruno

Publié dans Information de dernière minute | Commentaires fermés sur Big-Bang Un petit tour en Atlantique

Échappée belle à Madère


C’est à 3h15 du matin le lundi 12 juillet que nous quittons Rennes pour l’aéroport de Nantes. Décollage à 6h50 pour Funchal. Malgré l’ heure matinale, la petite troupe est joyeuse à l’idée de ce séjour. Monique (of course), Gaelle, Christophe ( qui tous deux se sont chargés du programme), Isabelle, et moi-même, nous nous apprêtons à retrouver Bruno qui est parti depuis 12 jours de Saint-Malo afin de regagner Madère. Néanmoins, cela fait quatre jours que nous sommes sans nouvelle du bateau et l’inquiétude est tout de même présente. Atterrissage sur l’ île en fin de matinée, et toujours dans l’attente, décidons d’aller déjeuner en terrasse et, afin d’occuper l’après-midi, de visiter le superbe parc exotique qui se trouve tout en haut de la ville : jardin Botanica, puis le marché central de Santa Maria Maior, où tous nos sens sont en éveil…
Ce n’est que vers 16 heures que Monique reçoit un petit message de Bruno nous informant que le bateau arriverait à la marina vers 22 heures. Nous nous réjouissons de cette nouvelle et arrivons avec nos valises pour monter à bord. Mais les autorités maritimes en ont décidé autrement : l’équipage doit faire un test PCR avant de pouvoir mettre le pied à terre. Le mercredi au matin, tout est en règle, et nous pouvons prendre la mer. C’est là que commence cette belle aventure.
Nous nous dirigeons vers Calheta, sur la côte sud ouest de l’ île. De là, partons faire une très belle randonnée en longeant la lévada da Rocha Vermelha (canal d’irrigation), bordée d’Agapanthes dont les couleurs vont du blanc au violet en passant par le mauve. La végétation est luxuriante, ce qui nous préserve de la chaleur. L’ île étant volcanique, la marche est un peu sportive. De retour au bateau, les baignades en pleine mer sont les bienvenues. Poursuivons notre route jusqu’à Paul do Mar. Durant cette petite navigation, nous avons réalisé notre pêche miraculeuse : trois maquereaux . Nous en resterons là…. Néanmoins, les rillettes de poisson furent très appréciées à l’apéritif. Comme quoi, avec peu, on fait des miracles !
Toute la partie sud de l île offre un paysage sauvage et volcanique, en contraste avec ses eaux claires et limpides.
Nous repartons vers l’Est, petite balade dans Porto de Abrigo, village de pêcheurs, puis superbe plongée dans la réserve de Ponta do Garajau, gigantesque aquarium.
Remontons vers Santa Cruz, puis Machico, au nord-est de l’île, bâtie à flanc de coteaux dans une large crique. Très belle randonnée en altitude, décor lunaire d’aiguilles de lave figée. ( Photo). Visite d’une distillerie, car ici, le rhum fait partie de la richesse locale. Comment parler de Madère sans évoquer son vin. Impossible de l’ignorer, tant les vignes sont partout, avec les cultures en terrasse. Nous partons vers les îles désertes, qui portent bien leur nom. Mais les dauphins sont là pour nous, à notre plus grande joie. De retour à Machico, nous prenons un taxi afin de nous rendre à Porto Da Cruz, sur la pointe nord-est. Jolie balade pédestre avec vue imprenable sur l’ océan. Dernière soirée à Machico avant de regagner Funchal pour l’aéroport.
Quel plaisir d’écrire ces quelques lignes pour vous faire partager cette belle escapade, que seuls Bruno et Monique pouvaient nous offrir. Merci à eux.
Christine

Publié dans Information de dernière minute | Commentaires fermés sur Échappée belle à Madère

Première sortie NAV d’Avel SU

Une ballade « tranquille » à Houat sur AVEL SU

Enfin libérés des contraintes liées au covid,nous embarquons ce vendredi 4 juin au soir sur le Gib Sea 84 d’Agnès et Philippe au mouillage à Arzon. Pour leur première sortie NAV.

Le programme est très alléchant « coquillages et Crustacés » connaissant les qualités de plongeur des propriétaires .

L’équipage est composé ,d’Agnès et Philippe skippers et excellents secrétaires de l’association,Marie Claude éminente trésorière et moi même vice président ,en gros c’est une partie du bureau de l’association qui part en ballade.

Cependant Marie Claude et moi même avons un petit devoir à accomplir,comme pour chaque nouveau bateau qui rejoint la NAV,nous devons nous assurer que le bateau et ses skippers sont capables d’accueillir les membres de l’association qui navigueront à leur bord en sécurité suivant les règles de cette dernière.

Et là nous n’avons pas été déçus !!!

Vendredi soir embarquement en annexe depuis la cale d’Arzon ceins réglementairement de nos gilets,Agnès nous fera faire le tour du bateau,nous indiquant au passage l’emplacement des éléments de sécurité et nous remplissons le livre de bord.

Nous nous répartissons les nombreux couchages,cabine avant pour les propriétaires,cabine arrière pour Marie claude avec hublot « ouvert » et carré central pour moi.

Le Départ

Samedi grand soleil,la météo sera très clémente tout le week-end et le petit déjeuner royal sur la grand plage d’Arzon à la sortie du golfe,après avoir empêché une ligne de pèche de s’entortiller autour de notre hélice grâce aux réflexes du skipper . Hélas le vent n’est pas encore au rendez vous,donc la risée diesel s’imposera jusqu’à Houat .

Premier petit souci le frigo est HS,la batterie ne recharge plus depuis le panneau solaire,donc pas de froid et pas de pilote mais cela ne nous empêche pas de pécher une bonne dizaine de maquereaux,cela se présente bien pour les rillettes .

Nous mouillons sur la plage de Salus (haut lieu des araignées) après que Philippe se soit faufilé entre les roches du sud de la grand plage, sous le regard attentif de la co-skipper.

Aussitôt l’ancre filée,Agnès se met à l’eau et nous rapportera 20 minutes plus tard quelques belles araignées,quelle efficacité.

Jacques Pellicia nous a rejoint avec son équipage NAV composé de la famille Coutard et de leurs amis,ils auront droit à un petit don de la part de notre secrétaire.

Un début d’incendie qui aurait pu être grave.

Mais c’est l’heure du déjeuner alors il faut se servir de la gazinière et brutalement des flammes hautes d’un mètre jaillissent sous les brûleurs ,vite le gaz est coupé mais surtout Agnès a le réflexe d’étouffer les flammes ,grâce a la couverture anti feu ,fourni par PH Le goïc et le chantier du Père Jaouen il y a quelques jours,et surtout qu’elle avait installée au bon endroit .

Heureusement pas de brûlure,pas de dégât sinon les robinets de la gazinière qui ont fondu

Tout le monde à bord est un peu bouleversé par ce départ de feu,car nous savons que nous sommes passés tout près de la catastrophe, dans cet espace clos où tout peut s’enflammer avec une grande facilité et surtout nous ne comprenons pas l’origine de cet arrivée de gaz sous la gazinière et l’on sait tous que le feu est le plus grand ennemi du marin.

N’ayant plus de quoi cuisiner ,il est décidé de revenir à Arzon pour passer la soirée dans le super gîte d’Agnés . Justement le vent se lève et nous pousse gentiment vers l’entrée du golfe,où nous attend la fin du jusant ce qui nous permet de jouer entre contre courant et marmites aux grands plaisirs de l’équipage et surtout de Philippe qui fait marcher Avel Su à sa main.

Une soirée gîte avec vue sur mer .

Pas de Gaz chez Agnès Ouf!donc la cuisson des Araignées et des maquereaux se fera sur des plaques électriques . Nous passons une soirée très agréable autour d’un rougail saucisse,bien que loin du mouillage de Trech ar goured, nous nous remémorons les événements de cette journée pleine d’émotions et cherchons les causes de cette fuite.

Dimanche Île d’Arz.

Ce matin la météo est toujours au beau fixe mais hélas le vent nous fait défaut.Direction l’Île d’Arz au moteur, où nous dégustons les belles araignées après un petit apéro avec rillettes de maquereaux cuisinées par maître Philippe.

Nous revenons au mouillage grâce aux quelques souffles d’air de cette fin d’après midi.

Résultats de l’Audit de ce premier week end Avel Su

Les points positifs :

Le grand plaisir de naviguer à bord d’Avel Su,le petit dernier de la flotte NAV,sur un terrain de jeux idéal,le Golf et les Îles avec un équipage que l’on apprécie depuis longtemps et très engagé dans l’association.

Un bateau parfait pour les programmes envisagées.

La possibilité de naviguer par tous les temps,Baie de Quiberon,les îles ou le Golfe.

Une excellente réactivité de l’équipage aux situations stressantes.

Avoir à son bord une plongeuse pourvoyeuse d’araignées qui sait de plus éteindre les débuts d’incendie.

Avoir à son bord un skipper pécheur de maquereaux et cuisinier de surcroît.

Les points négatifs :

Un frigo qui ne refroidit pas le vin blanc, d’où obligation de faire tremper les bouteilles dans la mer au grand risque de leurs pertes.

Oublié la moutarde pour la mayonnaise qui doit accompagner les araignées et donc pain beurre ce qui n’est pas meilleur pour la ligne.

Pour conclure :

Mise à part les point négatifs sur lesquels une correction est obligatoire, plus un changement de détendeur (ce qui est déjà fait, c’était la cause de nos soucis) vous pouvez embarquer sur Avel Su les yeux fermés ,cependant n’oubliez pas la mayonnaise.

Daniel Ribault

Publié dans Information de dernière minute | Commentaires fermés sur Première sortie NAV d’Avel SU

LE CLUB DES 5

Publié dans Information de dernière minute | Commentaires fermés sur LE CLUB DES 5

hommage à Roger Cosson

En hommage à Roger Cosson

Roger Cosson président honoraire et ancien skipper de l’association NAV35, nous a quittés le 29 mars 2020.

Scène imaginaire où Roger quitte le bord de son bateau pour la dernière fois.

Le vieil homme et le bateau

Le port ressemblait à une sorte de dortoir à bateaux, tous bien rangés dans leurs logement dont sortait parfois l’un deux pour se diriger vers le large. Les goélands se laissaient porter nonchalamment par le vent puis, d’un coup d’aile, décidaient de faire un tour en mer faire leur marché aux poissons.

Un jour ordinaire.

A l’emplacement du voilier « La grande Cosse », on entendait le grincement des pare-battes coincés entre le ponton et la coque du bateau. Les haussières se tendaient au rythme de la faible houle du port. Tout était propre, rangé et en place sur le pont. Au sommet du mat, l’anémomètre tournait doucement. Le voilier semblait désert, pourtant l’accès au carré ouvert démontrait le contraire.

A l’intérieur, un vieil homme était assis, méditatif. Il pensait à ces temps heureux qu’il avait passés à bord. Il revoyait les équipages réunis autour de la table du carré à l’abri d’un port après avoir bien navigué, verres à la main, racontant leurs histoires, histoires de mer, de coups de vent, d’émerveillement devant le spectacle permanent joué par la mer et le ciel, avec parfois des rencontres magiques de groupes de dauphins venus leur tenir compagnie un moment…On discutait des mouillages, de la dernière arrivée mouvementée dans un petit port de la côte et de la poésie des îles…

Il entendait leurs voix reprendre le refrain de sa chanson fétiche « Ah les p’tits potes, potes, potes ! »

Il se revoyait, penché sur la table à carte faire le point, prévoir la route, écouter la météo marine, expliquer les manœuvres aux nouveaux équipiers.

Son bateau en avait fait des miles, sa carène caressée par les vagues ou luttant au près serré avec elles dans les gerbes d’embruns qui obligeaient son équipage sur le pont à endurer des douches froides parfois des heures ! L’arrivée au port n’en était que meilleure !

Il se releva, dépliant sa grande carcasse dont la maladie en avait diminué la vigueur malgré un combat journalier et son moral de sportif. Mais il savait que le temps jouait contre lui et que, désormais, il ne pouvait plus être le chef de bord qu’il avait été.

Il regagna le cockpit et remis en place la fermeture de la descente dans le carré pour la dernière fois puis alla s’asseoir à la place du barreur qu’il avait tant tenue. Il saisit la barre quasi amoureusement, en caressa le bois patiné par tant d’années de contact. Elle avait toujours obéi avec précision et souplesse à la main ferme du barreur.

Un sentiment d’abandon, la sourde douleur d’une séparation définitive.

Sa décision avait été prise. Celle-ci n’avait pas été facile, mais, homme de mer, il acceptait sans faiblir le destin inéluctable.

Il avait vendu son bateau.

Il quitta le bord et s’éloigna sur le ponton sans se retourner.

A Nantes, ce 19 janvier 2021, Alain Nouailhat

Le texte en format pdf :

Publié dans Information de dernière minute | Commentaires fermés sur hommage à Roger Cosson

Sortie Sécurité

Chaque année, François et Moune organisent sur Antécume un week-end sécurité. Cette année, avec Big-Bang et la SNSM, nous avons renouvelé et profité de la présence des sauveteurs pour étoffer cette organisation.

Exercices grandeur nature pour tous, toujours bénéfiques.

Rendez-vous le samedi 10 octobre dans les locaux de la SNSM pour un briefing afin de préciser l’organisation, puis nous faisons route sur les Hébiens.

L’association des plaisanciers de St Cast, à la demande des sauveteurs se joint à nous afin de profiter des mises en situation. En fait un seul bateau (voilier) de l’APSC se rendra sur site, une vedette de huit mètres trouvant la mer trop agitée ne suivra pas. C’est bien de connaître ses limites.

Un autre bateau moteur de sept mètres se joindra au groupe.

En arrivant sur site, la vedette de la station de St Cast et un semi-rigide nous dépassent. Ils sont donc sur zone lorsque Big-Bang (les autres bateaux sont également sur zone) passe au point de rendez-vous. Des échanges ont lieu sur VHF et le signal est donné. Philippe, en combinaison de survie se jette à l’eau puis est récupéré à l’aide de la ligne prévue à cet effet et mise à disposition sur chaque bateau de l’association. Le matériel pourtant jamais utilisé est défectueux. La couture du harnais lâche lorsque Philippe veut l’enfiler. Un scandale pour du matériel de sécurité. La couture a en fait été faite trop sur le bord du tissu !!!

Nous répéterons l’exercice plusieurs fois avec une récupération différente à chaque fois. Drisse de spi, palan de grand voile, dans un pneumatique par les sauveteurs ainsi que sur leur vedette. A noter que la vedette de Lancieux nous a rejoint, preuve de l’intérêt qu’ils portent à notre action.

dans un premier temps on récupére la victime à l’aide d’une ligne
remonté par drisse de spi
remonté avec la bôme et un palan
Par l’arrière de la vedette SNSM
dans le pneumatique avec une gaffe et un filet

Après avoir mouillé l’un des nôtres, grâce à la présence de la SNSM, nous sommes autorisés a utiliser des fumigènes et des feux à main, mais pas de fusée parachute, d’autant qu’un hélicoptère est sur zone pour lui aussi des exercices d’hélitreuillage avec un navire de tourisme.

Port des gants indispensable, pourtant il n’y en a pas dans les radeaux de survie. Brûlure garantie ! Tous les feux à main n’ont pas fonctionné, et en particulier ceux qui sont périmés depuis peu !!! Deux sur une pochette de trois sur Big-Bang et trois sur la vedette de St Cast.

feux à main, attention risque de brûlure
malheureusement il n’est pas rare qu’un feu ne fonctionne pas
Pas d’hélitreuillage pour nous, mais il sont bien entrainés

Pour terminer avec les sauveteurs, nous avons percuté un radeau de survie (périmé) qui a parfaitement fonctionné et dont les matériaux nous ont semblé d’excellente qualité. Philippe et Agnès sont montés à bord avec beaucoup de facilité grâce à une sorte de marche très pratique. Bien mieux que les échelles de corde. Nous avons ensuite monté la survie sur Big-Bang et l’inventaire a été fait l’après midi.

ne pas oublier d’attacher la survie au bateau avant sa mise à l’eau

Avant de nous séparer de la SNSM nous avons pris un petit verre (très modeste) avec les sauveteurs satisfaits de cette matinée. Satisfaction de ces exercices formateurs, et aussi d’avoir touché APSC qui s’est rendu compte de ce qui pouvait manquer.

Le dimanche nous avons réitéré les récupérations d’homme à la mer mais cette fois le bateau était sous voiles lorsque Alain a sauté à l’eau. Donc un cran de plus, et tout s’est bien passé.

Après échange avec le président de la SNSM de St Cast, il sera possible de réitérer à la demande des uns ou des autres.

Il nous semble important pour la sécurité de tous, de faire ces mises en situation afin d’avoir les bons réflexes… si par malheur ! En espérant que la mer nous laisse toujours passer. Mais pour cela il faut rester prudent… Toujours !

Merci à tous les participants et en particulier aux sauveteurs bénévoles

L’hiver approche et nous pensons déjà à la prochaine saison avec à la NAV l’esprit sécurité

François Morvan & Bruno Lefebvre

Publié dans Information de dernière minute | Commentaires fermés sur Sortie Sécurité

A bord de Big Bang !

Week-end pêche à pied, Chausey

L’équipage : Lina et Jacques, Véronique et Jean-Pierre, Danièle et Jean-Claude,  et bien sûr Monique et Bruno !

Embarqués aux Bas Sablons, nous avons pris la direction de Chausey sous une pluie fine et sans vent ! Cependant au fil de la matinée, le ciel s’est dégagé, un souffle de vent l’accompagnant, notre traversée s’est terminée sous voile et le soleil nous accueille en arrivant à Port Homard, superbe mouillage. Et hop, comme c’est la marée haute : baignade autour du bateau.

Après-midi, c’est pêche à pied : un seau rempli à ras bord de coques et de palourdes ! Que nous dégusterons le lendemain soir, en attendant de franchir le seuil… une balade sur l’île nous permet d’admirer ces innombrables îlots à perte de vue, pendant cette grande marée basse (coeff 113, tout de même…)

Nous terminons cette journée par… un apéro suivi d’un délicieux 😋 risotto aux légumes préparé par Jacques et Lina, tout cela servi dans le cockpit, sous le regard d’un merveilleux soleil couchant…magnifique soirée finissant au son de quelques chansons d’antan…

Le lendemain, baignade avant le petit-déjeuner pour certains ! C’est vrai qu’elle est bonne en cette saison !

Puis, retour vers St Malo, sous spi et vent faible. Avec un arrêt sur Cézembre, pour se balader sur le nouveau sentier ouvert par le conservatoire du littoral. Toujours impressionnant ces vestiges de la dernière guerre…Malgré tout, la flore réapparaît comme le pavot cornu, fleur jaune à 4 pétales…

Et…re-baignade dans cette vaste baie… eau transparente mais peu profonde, c’est marée basse.

Un super week-end avec un équipage super sympa dans une ambiance très conviviale :

                                     ON EN REDEMANDE TOUS !!!

Publié dans Information de dernière minute | Commentaires fermés sur A bord de Big Bang !

Beau souvenir de la nav vers Les Ecrehous

Départ du Minihic à bord de Big Bang le 27 juillet pour la découverte tant attendue des Écréhous !
Passage de l’écluse à 9h, et nous voilà partis, avec 2 ris dans la grand-voile, en direction de Jersey que nous avons atteint en 7h.
Une bonne saucée à l’arrivée et une 1ère nuit au mouillage plutôt secouée… mais que ne ferait-on pas pour les Écréhous…
Le lendemain matin, le soleil (et les dauphins) étaient au rendez-vous, et la mer beaucoup plus calme !
Cap donc sur ce petit archipel situé entre l’est de Jersey et le Corentin.Une fois débarqués, on découvre les quelques maisons (dont certaines sont habitées l’été) et les nombreux oiseaux marins de la réserve.
Nous n’avons pas été déçues, c’est un endroit un peu magique où l’on jouerait volontiers les Robinson…
Nuit sur place puis retour vers St Catherine’s Bay, où nous avons fait (discrètement) une petite balade à pied le long de la côte, suivie d’une bonne baignade depuis le bateau.

Peu de vent le lendemain pour le retour, ce qui nous a permis de pêcher quelques beaux maquereaux dégustés ensemble le soir même à l’arrivée au Minihic !
Un grand merci à Bruno, Monique et Big Bang pour cette belle 1ère nav post-confinement et cette découverte partagée de ce bel archipel !

Publié dans Information de dernière minute | Commentaires fermés sur Beau souvenir de la nav vers Les Ecrehous

les premières fois de Françoise et Marie-Claude

7, 8, 9 Août, destination inconnue à bord de Big Bang.

Pour Marie-Claude et moi, ce furent 3 jours de toutes premières fois. Alors que la canicule s’abat sur la France et que le père Eole est en vacances, Bruno décide de mettre le cap sur Fort La Latte. Nous longeons tranquillement la côte et  les plages de Dinard où des touristes se rafraichissent dans la mer. Un peu plus loin, le fort apparaît baigné dans une belle lumière qui contraste fortement avec le ciel gris ! Bruno a  déniché le seul endroit où il fait un peu frais ! Nous en profitons pour déjeuner avant de nous diriger vers le cap Fréhel.  Le vent se lève timidement et nous passons la soirée aux Ebihens. Baignade bienvenue  et joli coucher de soleil.

Le lendemain, cap sur les Minquiers avec un bon petit vent. C’est la première fois que Marie-Claude et moi y accostons. Visite de l’îlot sous le soleil. On en prend plein les yeux.   Roches blanches,  mer turquoise, bouée rouge. Le jaune de Big Bang éclate sous le soleil.  Maisons de pêcheurs aux toits de tuile. Le paysage change au cours de la soirée, les rochers apparaissent ou disparaissent  au gré de la marée.  C’est tout simplement beau.

Troisième jour. Encore un peu  ensommeillées,  Marie-Claude et moi arrivons, à quelques minutes d’intervalle dans le carré où Monique et Bruno déjeunent. Monique dit : «  Regardez dans l’évier ! » Deux homards ! Bruno, qui avait posé les casiers la veille, était allé les relever au petit matin, très discrètement. On les dégustera le midi même au pied de Cézembre. Le régal !  Encore une première fois !, nous partons sur le sentier de Cézembre, ouvert récemment. Blockhaus, vestiges de canons antiaériens, la guerre a laissé ses traces. Mais l’île offre également de très beaux points de vue sur la côte, toute brumeuse de chaleur.

Merci à Monique et Bruno pour ces belles découvertes et ces moments de partage.

Françoise

Merci à Françoise pour ce résumé de sortie

Publié dans Information de dernière minute | Commentaires fermés sur les premières fois de Françoise et Marie-Claude